Image

La ville de Sintra et le palais Monserrate

Cela faisait cinq jours que j’étais au Portugal flânant au rythme du célèbre Tram 28 de la capitale. Et clairement, je n’avais aucune envie de retourner dans le froid hivernal Marseillais. La vie me semblait plus paisible ici, comme si le mot bohème prenait soudainement tout son sens. Même si j’avais pu profiter des différents points de vues dont Lisbonne regorge, j’avais envie de me perdre et marcher au milieu d’une nature abondante. C’est alors que Rafael un ami brésilien expatrié me parle de la petite ville de Sintra. Il me vante les nombreux palais extravagants construits par la noblesse portugaise, perdus au milieu de jardins somptueux.

Je décide de prendre le train au départ de la gare de Rossio. Et, après moins d’une heure de voyage me voilà marchant tranquillement en direction de la vieille ville. Dés lors que je lève les yeux j’aperçois les remparts du Castelo de Los Mouros rappelant cette époque révolue où les musulmans régnaient sur la région. Le parc naturel entourant la ville installe une atmosphère tranquille, apaisante. N’ayant seulement qu’une demi-journée à consacrer à cette escapade, je dois faire un choix. Je regrette alors ne pas pouvoir passer plus de jours sur place, prenant conscience de toutes les possibilités qui s’offrent à moi. Rafael me sollicite pour visiter le Palais de Monserrate, le plus beau de la ville selon lui et un peu moins touristique. Je décide de le suivre, non sans regret je prends le bus N°435 m’éloignant des rues pavées de la vieille ville et ses ruelles calmes aux bâtiments colorés.

La circulation est fluide et nous arrivons rapidement à travers des routes sinueuses. Dés l’entrée du domaine, je ressens une atmosphère emprunt de mysticisme, la statut d’une chimère veille tout prés du portail. Et, après avoir passé les chemins bordés des nombreux cyprès, chênes et séquoias. J’entrevois la coupole du bâtiment aux couleurs orangé et corail. J’arrive devant le palais qui, surgissant au beau milieu d’une flore riche et soignée, me fait vaciller. La lumière du soleil enfin dégagée de toute végétation révèle une façade en dentelle, des arcs indiens, des minarets et autres arabesques. L’architecture du site est la combinaison d’un doux mélange entre influence indienne et arabe. Une invitation à la rêverie et une occasion de se perdre dans un conte des milles et une nuit.

Je prends le temps de m’égarer autour du bâtiment admirant la vue sur le parc de Monserrate et tandis que j’observe jalousement des touristes prévoyants, assis sur l’herbe entrain de pique-niquer… Je suis alors attirée à l’intérieur du palais, notamment par le bruit constant de l’eau ruisselant. Une fontaine se trouve au centre d’un hall octogonal, formé d’arcs gothiques et de colonnes en marbres. Au rez-de-chaussée j’emprunte une des galeries reliant les 3 tours du palais en une succession d’arcs et de colonnes, véritable jeu de perpective. Puis, je prends l’escalier décoré de feuilles de lierres qui mène à des pièces vides, imaginant qu’autrefois c’étaient des chambres richement décorées.

Malgré une ambiance figée dans un temps incertain, je dois faire vite car l’heure tourne et le parc ferme ses portes à 18h en basse saison. Je décide de partir à la découverte du parc Je croise un jardin Mexicain, plus loin une chapelle en ruine épousant à la perfection un décors déjà si mystérieux et romantique. Parfait, c’est ce dont j’avais envie pour finir en beauté mon séjour au Portugal. Je pense déjà y revenir.

 

Image

Mission Cléopâtre – Du Roller Derby Au Caire

A l’ouverture de ce blog, c’est-à dire il a fort fort longtemps (en 2014… le temps nous file entre les doigts les copains…). J’avais écrit un article sur le Roller Derby. Où je t’expliquais cher petit lecteur d’amour, qu’est ce que c’est que c’est quoi et tu peux le relire ici pour te rafraichir la mémoire ou pour découvrir ce sport de contact super méga cool et je pèse mes mots.

Roller derby

Je fais partie de l’équipe de Marseille (wesh représente) Le Marseille Roller Derby Club et nous avons un projet un peu fou cette année : Partir au Caire en Égypte et jouer contre la seule équipe de Roller Derby du pays Les Cairollers.

Cairollers logo

Ce sont des femmes courageuses, qui ne lâchent rien malgré les obstacles et la difficulté à trouver des adversaires. En 4 ans, elles n’ont pu jouer qu’un seul match, contre Abu Dhabi Roller Derby . C’est donc dans un esprit d’entraide et de solidarité que nous nous envolerons vers le Caire : don de matériel de roller, formation d’arbitres, entrainement commun et partages de connaissances.

Mais pour y parvenir, nous avons besoin de ton aide ! Nous devons réunir 4 000 euros pour financer une partie de nos frais de transport entre autre. Le projet est détaillé entiérement sur notre page de Crowdfunding ici. 

Nous partirons le 11 avril prochain et si tu veux suivre l’avancement du projet, tu peux liker la page facebook du club. En attendant mon prochain article sur le sujet, n’hésites pas à partager et en parler autour toi ! Bisous ❤

Image

La douce Lisbonne

Il y a quelques jours, j’ai pris l’avion pour Lisbonne capitale du Portugal. C’était une première pour moi, beaucoup d’ami(e)s m’ont parlée de ce pays avec toujours ce même regard scintillant et beaucoup de tendresse. Je comprend maintenant pourquoi, Lisbonne est douce autant que ses habitants. J’ai trouvé l’ambiance tellement bohème, on a l’impression que tout y est plus facile ou moins rude enfin je saurai pas bien l’expliquer.

Ville Latine, l’ambiance y est chaleureuse, le soir les rues du Bairro Alto sont mouvementées. En plus de ça, le pompom du gâteau c’est que c’est vraiment pas cher pour manger et boire et même se loger enfin en basse saison (cf la bière à 1€ !). Néanmoins j’ose même pas imaginer ce qu’est Lisbonne l’été, déjà que j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de touristes et notamment français. On ne peut pas leur reprocher, en France il fait froid et c’est tellement cher…

lisboa-2

lisboa-10

lisboa-28Si tu as prévu d’aller à Lisbonne, voici quelques endroit que je te recommande vivement de ne pas louper:

Le Chateau de Saint Georges  Castelo de São Jorge: Une des première attraction à faire en arrivant selon moi. Surplombant la ville, tu auras une vue d’ensemble de Lisbonne. Tu peux aussi déguster sur place un verre de vin en admirant la vue … A faire aussi une pièce avec un système de camera obscura, tu auras droit à une visite de la ville en express.

La tour de Belém et le monastère des Hiéronymites : Situé dans le quartier de Belém, j’ai surtout aimé le grand centre culturel avec leur musée d’art moderne et contemporain qui regroupe la plus importante collection privée d’Europe. Tous les artistes et tous les courants artistiques important qui ont marqués l’art au XXe siècle y sont regroupés, c’est assez hallucinant.

lisboa-17

La vue du Miradouro de Santa Luzia et le quartier de L’Alfama : Prend le mythique et si charmant Tram 28 pour une virée dans l’Alfama, quartier tellement mignon et outrageusement photogénique ! Il y a beaucoup de point de vue à Lisbonne qui valent le coup mais mon favori est la vue du Mirador de Santa Luzia…

❤ Bars et restaurants : Si il y a un endroit à ne pas louper c’est le Pavillon Chinois Pavilhao Chinês, c’est un bar type cabinet de curiosités avec une multitude d’objet en tout genre dans de grandes vitrines, une collection assez insolite. On est comme propulsé au beau milieu d’un livre d’Agatha Christie ou de Sherlock Holmes.

Sinon il y a aussi le Crew Hassan qui est un genre d’endroit multiculturel où tu peux chiner des vinyles mais aussi te poser dans de gros canapés pour prendre un verre et même manger un bout, il y a parfois du live music.

Pour les restaurants il y a l’embarras du choix mais j’ai particulièrement aimé le restau Esplanada do principe real. Juste à côté d’un parc et du jardin botanique de Lisbonne, un petit endroit cosy où on mange bien.

lisboa-22

Pour finir, si tu as le temps prend le train et va à Sintra, une ville à 30 minutes de Lisbonne absolument magnifique. Il y a beaucoup de chose à faire et à voir là-bas mais je n’y suis allée qu’une petite journée le Palais à visiter est incontestablement celui de Monserrate…

Image

3éme Édition du HeroFestival

Si je devais choisir et ne garder qu’un seul événement au Parc Chanot à Marseille ce serai probablement le HeroFest. J’avais participé à la toute première édition, souviens-toi – l’article ici – . Il faut dire que le format a bien évolué et qu’ils ont pris en compte les quelques remarques que j’avais pu évoqué 😉 (oui je passe toujours les portes merci !).

Ils ont bien heureusement pensé à pousser les murs, puisque pas moins de 41 500 visiteurs ont été attiré par la programmation du festival. Personnellement, j’adore y aller en grosse partie pour le cosplay. Je ne pratique pas et je ne suis pas du tout spécialiste pour cause je peux confondre un costume de Hulk et de Tortue Ninja (true story).

Néanmoins j’adore pouvoir croiser et prendre en photo Pocahontas, WonderWoman, le Joker, Harley Quinn, ou encore des vrais-faux vikings d’époque et autre super héros ! Bref l’ambiance est tellement fun et bienveillante, j’adore être propulsée dans cet univers. Ils ont également mis en place beaucoup d’espace dédié aux enfants, ce que j’ai trouvé assez cool. Cependant j’ai pas eu ma dose de Steam Punk, j’ai surement dû passer à côté mais je n’ai pas retrouvé l’espace dédié comme la première fois…

Pour conclure, si tu n’y es pas encore allée, prend tes places dès maintenant et commence à tricoter ton futur costume pour l’édition 2017 sinon tu peux toujours aller en Belgique pour le Comic Con de Bruxelles ! Voici les quelques photos que j’ai prises sur place, merci aux personnes qui ont bien voulu se faire photographier et longue vie au HeroFestival !

herofestival

Image

Berlin en automne…

J’ai profité de mon temps libre pour aller voir Berlin. J’y suis allée seulement quelques jours, donc certainement que mon impression sur la ville n’est pas très objective. On m’a souvent parlé de Berlin, me vantant les soirées et les nuits plus qu’électriques – de malade mental –  dans des lieux souvent insolites.

Personnellement, je me suis perdue dans Berlin, tellement immense, sept fois Paris intramuros tu te rends compte ?! Sans surprise, j’ai eu froid, la pluie et le brouillard étaient au rendez-vous, mais l’ambiance automnale fut fort appréciable – c’est mon petit côté romantique tyavu -.

J’ai séjourné dans un appartement très charmant prés de l’ancien aéroport de Tempelhof. D’ailleurs, je te recommande vivement le petit mais cosy café : Coffee and Deli by Queen of Muffin  sur Hermannstr.  J’ai trouvé Berlin calme et paisible malgré les cicatrices des guerres passées. Un peu mélancolique mais surement que le brouillard et l’automne y étaient pour quelque chose…

Ce que j’ai aimé  ❤ : Les nombreux parcs et espaces verts sont un grand plus, l’utilisation du vélo ou de rollers est préconisé au vu de la platitude de la ville. Ce qui est sympa aussi comparé à Londres, c’est super cheap, tu manges ou bois bien et beaucoup pour pas cher. Les nombreux mais vraiment nombreux musées – surtout axés sur la guerre. – La sympathie des Berlinois, enfin pour ceux que j’ai rencontré.

Image

Hasta la vista Mexico !

Il y a seulement 3 mois j’étais encore au Mexique, sirotant des Pinas Coladas sous un soleil de plomb…La chaleur la-bas est enveloppante, humide et écrasante. J’ai pu visité Mexico City, Puebla, Cholula et des petits villages perdus au fin fond du Mexique, j’ai fait une petite balade à cheval et vue un arbre centenaire, j’ai mangé des tacos à 20 pesos dans le métro de Mexico et halluciné à la Lucha Libre ! Admiré le superbe volcan popocateplt (vas-y essai de le dire à voix haute!) . J’ai mangé des tamales, des tacos façon taboulé, du piment et bu de la bière avec du sel, du citron et un genre jus de tomate pimenté…

j’ai ensuite retrouvé Playa del Carmen, ma petite ville favorite, la vie nocturne y est folle et les plages magnifiques. Je te conseille la plage de Xpu Ha accessible en collectivo de Playa del Carmen, véritable coin de paradis. Si tu compte y aller et que tu veux des conseilles ou autre n’hésites pas à m’écrire ! Allez quelques photos en vrac et à bientôt en France, à Marseille ou ailleurs…

Image

Riviera Maya et Mer des Caraïbes.

Ou comment revenir comme si de rien après plusieurs mois de silence. Et Pourtant, je m’étais fixé un petit objectif à savoir un article par mois mais voila… Sans vouloir me donner d’excuse la principale raison fut l’absence d’internet dans la maison où je vivais et mon manque d’organisation par rapport à mon travail qui me prenait le plus clair de mon temps. Rassure-toi pour autant je ne suis pas à plaindre, loin de là, il va de soi que passer 6 mois au Mexique fut réellement incroyable.

D’une part pour les rencontres que j’ai pu faire là-bas, par la culture que j’ai pu découvrir, j’ai eu un véritable coup de foudre pour ce pays. Tellement pluriel autant par ses paysages mais aussi par sa culture remarquablement riche. La partie du Mexique que j’ai visité est très américanisé et touristique et on m’a expliqué que partout ailleurs dans le pays c’était très différent. Tout de même j’ai apprécié le fait que les mexicains soit autant attachés à leur patrimoine culturel, ils sont fier et savent te transmettre leur amour du pays.

J’ai habité près de la ville de Tulum à 40 minutes de Playa Del Carmen, précisément dans le golfe du Mexique longeant la mystérieuse mer des caraïbes. Durant mon séjour j’ai pu visité des temples mayas dont Chichen Itza qui fait parti des merveilles du monde ainsi que le magnifique site archéologique de Tulum. Nagé dans des cénotes dans la mer avec des tortues, des dauphins, des petits poissons et des raies immenses. Vu des spectacles préhispaniques et folkloriques. Visité Cancùn et entre autre mangé des tacos à 4h du matin, dansé la salsa et la bachata dans la rue (cf article sur le Coco Bongo) …

J’ai pas pu prendre toutes les photos que j’aurai voulu et malheureusement mes pellicules ont été pas mal endommagées par un mauvais conditionnement. A cause principalement de l’humidité ambiante qui est assez folle, d’où le climat tropical ! Je suis déçue par le peu de photos que j’ai ramené mais j’ai envie de les partager quand même avec toi, parce que ça me fait plaisir. N’hésite pas à me laisser un mot pour me dire que tu m’aimes tout ça. Je te dis à très vite, je ne sais pas quand exactement mais c’est pas trop grave.