Image

La ville de Sintra et le palais Monserrate

Cela faisait cinq jours que j’étais au Portugal flânant au rythme du célèbre Tram 28 de la capitale. Et clairement, je n’avais aucune envie de retourner dans le froid hivernal Marseillais. La vie me semblait plus paisible ici, comme si le mot bohème prenait soudainement tout son sens. Même si j’avais pu profiter des différents points de vues dont Lisbonne regorge, j’avais envie de me perdre et marcher au milieu d’une nature abondante. C’est alors que Rafael un ami brésilien expatrié me parle de la petite ville de Sintra. Il me vante les nombreux palais extravagants construits par la noblesse portugaise, perdus au milieu de jardins somptueux.

Je décide de prendre le train au départ de la gare de Rossio. Et, après moins d’une heure de voyage me voilà marchant tranquillement en direction de la vieille ville. Dés lors que je lève les yeux j’aperçois les remparts du Castelo de Los Mouros rappelant cette époque révolue où les musulmans régnaient sur la région. Le parc naturel entourant la ville installe une atmosphère tranquille, apaisante. N’ayant seulement qu’une demi-journée à consacrer à cette escapade, je dois faire un choix. Je regrette alors ne pas pouvoir passer plus de jours sur place, prenant conscience de toutes les possibilités qui s’offrent à moi. Rafael me sollicite pour visiter le Palais de Monserrate, le plus beau de la ville selon lui et un peu moins touristique. Je décide de le suivre, non sans regret je prends le bus N°435 m’éloignant des rues pavées de la vieille ville et ses ruelles calmes aux bâtiments colorés.

La circulation est fluide et nous arrivons rapidement à travers des routes sinueuses. Dés l’entrée du domaine, je ressens une atmosphère emprunt de mysticisme, la statut d’une chimère veille tout prés du portail. Et, après avoir passé les chemins bordés des nombreux cyprès, chênes et séquoias. J’entrevois la coupole du bâtiment aux couleurs orangé et corail. J’arrive devant le palais qui, surgissant au beau milieu d’une flore riche et soignée, me fait vaciller. La lumière du soleil enfin dégagée de toute végétation révèle une façade en dentelle, des arcs indiens, des minarets et autres arabesques. L’architecture du site est la combinaison d’un doux mélange entre influence indienne et arabe. Une invitation à la rêverie et une occasion de se perdre dans un conte des milles et une nuit.

Je prends le temps de m’égarer autour du bâtiment admirant la vue sur le parc de Monserrate et tandis que j’observe jalousement des touristes prévoyants, assis sur l’herbe entrain de pique-niquer… Je suis alors attirée à l’intérieur du palais, notamment par le bruit constant de l’eau ruisselant. Une fontaine se trouve au centre d’un hall octogonal, formé d’arcs gothiques et de colonnes en marbres. Au rez-de-chaussée j’emprunte une des galeries reliant les 3 tours du palais en une succession d’arcs et de colonnes, véritable jeu de perpective. Puis, je prends l’escalier décoré de feuilles de lierres qui mène à des pièces vides, imaginant qu’autrefois c’étaient des chambres richement décorées.

Malgré une ambiance figée dans un temps incertain, je dois faire vite car l’heure tourne et le parc ferme ses portes à 18h en basse saison. Je décide de partir à la découverte du parc Je croise un jardin Mexicain, plus loin une chapelle en ruine épousant à la perfection un décors déjà si mystérieux et romantique. Parfait, c’est ce dont j’avais envie pour finir en beauté mon séjour au Portugal. Je pense déjà y revenir.

 

Image

Berlin en automne…

J’ai profité de mon temps libre pour aller voir Berlin. J’y suis allée seulement quelques jours, donc certainement que mon impression sur la ville n’est pas très objective. On m’a souvent parlé de Berlin, me vantant les soirées et les nuits plus qu’électriques – de malade mental –  dans des lieux souvent insolites.

Personnellement, je me suis perdue dans Berlin, tellement immense, sept fois Paris intramuros tu te rends compte ?! Sans surprise, j’ai eu froid, la pluie et le brouillard étaient au rendez-vous, mais l’ambiance automnale fut fort appréciable – c’est mon petit côté romantique tyavu -.

J’ai séjourné dans un appartement très charmant prés de l’ancien aéroport de Tempelhof. D’ailleurs, je te recommande vivement le petit mais cosy café : Coffee and Deli by Queen of Muffin  sur Hermannstr.  J’ai trouvé Berlin calme et paisible malgré les cicatrices des guerres passées. Un peu mélancolique mais surement que le brouillard et l’automne y étaient pour quelque chose…

Ce que j’ai aimé  ❤ : Les nombreux parcs et espaces verts sont un grand plus, l’utilisation du vélo ou de rollers est préconisé au vu de la platitude de la ville. Ce qui est sympa aussi comparé à Londres, c’est super cheap, tu manges ou bois bien et beaucoup pour pas cher. Les nombreux mais vraiment nombreux musées – surtout axés sur la guerre. – La sympathie des Berlinois, enfin pour ceux que j’ai rencontré.