Son

Rencontre avec Marilyn and the rockin’bombs

Il y a quelques jours je suis allée au Korigan, tu sais cette salle de concert vers Aix-en-Provence. C’était une soirée avec une ambiance fifties et rockabilly bien sympathique. A cette occasion la pétillante chanteuse et fondatrice du groupe Marilyn and the rockin’bombs m’a très gentiment accordé une interview. C’était une grande première pour moi mais elle m’a mise à l’aise et on a bien rigolé. C’est avec grand plaisir que je vous présente ce groupe d’origine marseillaise, formé en 2008 qui nous a fait swinguer jusqu’au bout de la nuit !

Be Bop A Luba !

Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Il y en a certains que je connaissais déjà, comme le guitariste, et d’autres que j’ai recrutés par internet : j’ai fait passer des castings.

Donc c’est toi qui as eu l’idée de créer ton groupe et tu as recherché des musiciens ?

Oui c’est ça.

As-tu une formation musicale ?

Alors pas un brin ! (rires) Je suis une autodidacte là-dessus, par contre je suis une grande passionnée de musique, mon père était musicien. J’en n’ai jamais fait jusqu’à mes 30 ans, et je me suis dit si il y a un truc que je veux pas regretter c’est ça.

Tu arrives à vivre de ton groupe ?

C’est pas le but en fait, c’est vraiment ma passion. A côté j’ai mon métier de journaliste, je suis aussi directrice artistique; je fais plein de choses, j’ai aussi fait un livre sur les années 50. C’est vraiment ma grande passion et en fait si je devais en vivre je le verrais autrement : je respecte ceux qui ont envie d’en vivre, mais pour l’instant non. On tourne dans toute la France, ça plait beaucoup et j’en suis ravie, après on bosse pas mal parce que je suis assez exigeante (rires).

D’où te vient cet attrait pour les années 50 ?

Depuis petite, j’ai toujours regardé les films avec les actrices de l’époque qui avaient beaucoup de classe et de glamour, ça m’a toujours attirée. Par la suite, je me suis passionnée pour la déco, la musique, et tout ce qui va autour : les voitures, l’architecture, la littérature… tout. Par contre je n’adhère quand même pas aux idées politiques de l’époque et surtout à la condition de la femme, sans vouloir faire ma féministe ! A l’époque c’était normal parce qu’elles étaient élevées comme ça et ça faisait partie de leur environnement, donc il y avait moins de protestations, mais les femmes n’avaient droit à rien, pas le droit de vote, pas le droit de travailler… rien le droit de faire sans l’accord de leur mari, mais maintenant avec le recul que j’ai en tant que femme moderne, ce qui s’est passé depuis et enfin en tant que working girl, je n’y adhère pas du tout !

Effectivement je trouve que c’est assez étonnant le décalage qu’il y a avec les femmes qui aiment ce côté pin-up mais qui au contraire sont plutôt féministes et revendiquent leurs droits etc…

On peut remettre cette époque au goût du jour,  avec d’autres idées avec les mentalités d’aujourd’hui : c’est ça qui est intéressant. On va pas repartir dans le délire femme soumise et compagnie ! Mais il y a des valeurs de l’époque qui me manquent un peu, cette notion d’honneur, de fierté, le fait d’assumer sa famille. Je dis pas que les couples étaient plus heureux mais c’était moins une société jetable comme aujourd’hui, tout était fait pour durer, que ce soient les bagnoles, les fringues, on visait la qualité au lieu de la quantité. Maintenant tout est fait pour consommer, jeter. Chez moi, c’est tout années 50 et ça tient le coup, je te mets au défi de mettre des trucs de Ikea chez toi dans 60 ans !

Tu chines pas mal du coup ?

Oui chez moi c’est le musée (rires) je chine tout le temps depuis très longtemps, je vais dans les vide greniers, sur ebay, dans les brocantes, ça fait tellement longtemps que j’ai plus de place mais je continue quand même !

Quel est ton processus créatif ?

Oh tu vas rigoler, vu que je suis autodidacte, je chante la chanson et je m’enregistre avec mon téléphone. Après je fais tous les sons aux garçons : la guitare, la batterie et la contre basse; je fais tout avec ma bouche car je connais pas les notes, je leur chante tout. J’ai tous les instruments dans la tête, c’est assez atypique je sais ; au début ils ont beaucoup rigolé mais maintenant ils ont pris l’habitude.

Avant d’entrer sur scène tu te sens comment ?

Le trac toujours, je suis pas bien du tout jusqu’à la 2ème chanson et après c’est parti ! Je marche aussi avec l’énergie que me renvoie le public, si y’en a pas je vais tout faire pour aller la chercher, je lâcherai pas l’affaire, tant que je vois qu’ils profitent et qu’ils s’amusent ça me renvoie quelque chose et j’ai envie de leur donner encore plus ! Je suis généreuse de partout ! (rires)

3 groupes clés qui t’ont influencée ?

C’est dur y’en a trop que j’aime, j’aime vraiment trop la musique! (après un long moment d’hésitation) Muddy Waters // JD MacPherson // Johnny Cash

Pour suivre l’actu du groupe c’est ici ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s